Aller au menu de navigation Aller au contenu Aller au plan du site Aller a la recherche Retour accueil Retourner en haut de page Page accessibilité Page contact

Aticle paru dans Presse Océan le 17 mai 2010

Après trois années d'existence, l'Atelier du Retz emploi aimerait se sentir plus soutenu.

Trois ans que l'Atelier du Retz Emploi existe à Sainte-Pazanne mais il rayonne sur tout le territoire du Pays de Retz. Il a démarré avec un salarié, aujourd'hui ils sont quatre dont trois recrutés en CDI et en 2009 l'association a ouvert une nouvelle boutique au Pellerin.

2010-05-17-perenniser

Pérenniser l'atelier

Un beau pari, en partie gagné par Gildas Houssais le créateur de cette ressourcerie. Sauf que les années se suivent et se ressemblent et l'Atelier du Retz emploi a toujours le sentiment qu'il n'est pas reconnu à sa juste valeur. Son activité de débarras de domicile suite à une vente, un décès, etc, est axée sur la récupération, la restauration, le recyclage d'objets destinés à la casse. Le but, arrêter d'encombrer les déchetteries avec des produits qui peuvent avoir une deuxième vie et ça marche.

Tous les samedis, la boutique fait le plein et vend une gazinière, des assiettes, une poussette, des fringues... à des prix défiant toute concurrence. Ainsi de nombreuses familles ont pu s'équiper en respectant un budget serré. Et puis, avec le développement de son activité, l'Atelier du Retz emploi a créé des emplois.

Reste qu'aujourd'hui, l'association rencontre toujours des difficultés financières et aimerait se sentir plus soutenue. « Les élus n'ont semble-t-il pas pris la mesure de l'outil de développement qu'ils ont sur leur territoire, estime Boris, un responsable, avec une activité en plein dans la mouvance d'écocitoyenneté, de développement durable, elle a aussi une véritable utilité sociale et environnementale ».

Frilosité

De retour du congrès du réseau des quelque soixante ressourceries françaises, Gildas Houssais, ne comprend pas cette frilosité. « Nous ne demandons même pas de subvention à la communauté de communes. Nous pensons que nous pourrions par exemple être aidés par la mise à disposition de locaux,  former une personne qui serait au tri en amont à la déchetterie et réorienterait certains objets récupérables, ou encore engager une réflexion avec Pornic, entre la ressourcerie et les collectivités puisque nous sommes les seuls sur le Sud-Loire ».

Taper aux portes

Coralie Durand, la présidente poursuit : « Dans d'autres territoires, les élus veulent une ressourcerie et ici on est obligé de taper aux portes régulièrement. J'ai l'impression que les élus du Pays de Retz ne se rendent pas compte à quel point nous sommes utiles ». Et pour preuve, le public est toujours plus nombreux obligeant l'Atelier du Retz emploi à ouvrir le samedi à partir du 15 mai, de 9 h à 17 h 30.

Laurent Huou avec Jean-Philippe David

Les horaires : le mercredi, de 13 h 30 à 17 h 30 ; le samedi (jusqu'au 15 mai) de 9 h à 12 h 30.

L'Atelier du Retz Emploi, 28, rue de Bel Air, à Sainte-Pazanne, tél. 02 40 65 89 09 ou 06 71 65 87 20,

Article paru dans Presse Océan le samedi 05 septembre 2009

Sainte-Pazanne.

L'Atelier du Retz emploi ouvre aujourd'hui ses portes dans un nouveau local.

2011-05-09-Gildas-Coralie-Yvonnick

 

Hier encore, Boris Avril, Gildas Houssais et Coralie Durand étaient en plein aménagement de l'espace dédié à la vente.

La ressourcerie du Pays de Retz vient d'investir un nouveau local pour pérenniser son activité.

La ressourcerie l'Atelier du Retz Emploi n'est plus dans l'impasse mais dans la rue. Au risque d'une quelconque méprise, il s'agit ici, non pas de la situation économique ou financière de l'association, mais de sa localisation sur la commune de Saint-Pazanne. L'association vient en effet de déménager de l'impasse du Clos Neuf pour gagner le 28 rue Bel Air. Si les bureaux du nouveau local « sont plus exigus » selon Coralie Durand, la présidente de l'association, l'espace de vente est identique au précédent site. L'objectif du transfert : réduire une partie de la charge locative pour réaffecter les économies à d'autres postes.

Avec désormais un loyer près de trois fois moins élevé que celui versé jusqu'ici (1 435 € auparavant contre 550 aujourd'hui), l'avantage pour la ressourcerie est conséquent notamment pour « pérenniser le CDD de Boris Avril, notre chargé de développement », explique Gildas Houssais, directeur de la structure. « Pour cela, on nous demande de faire des efforts », poursuit Coralie Durand. Chose préconisée chose effective pour dégager les 4 500 € qui manquent et ainsi passer le poste en contrat emploi tremplin.

En plein boum

Pour y parvenir, Retz emploi recherche un co-financeur capable de prendre en charge les 20 % restants. Malgré cette manne à dénicher, l'association qui donne une seconde vie aux objets en tout genre et aux vêtements d'occasions, surfe sur une vague porteuse depuis sa création en 2006. En témoigne, le chiffre de vente en augmentation de plus de 16 % entre 2007 et 2008 passant de 60 000 € à 70 000 €. Comparé aux prix pratiqués (un vêtement pour enfant est vendu 30 centimes), le dynamisme de la ressourcerie n'est que plus significatif. Une boutique de vente a même vu le jour sur la commune du Pellerin.

Bâtiment relais

Logique quand le rayon d'action de la ressourcerie s'étend de Nantes à Saint-Nazaire en passant par le nord de la Vendée. Pour mieux répondre aux besoins et à l'intérêt grandissant du concept, le projet d'un futur déménagement dans un local plus vaste est déjà lancé. « Nous avons entamé des discussions avec la communauté de commune du coeur Pays de Retz pour qu'elle nous attribut un bâtiment relais », indique Coralie Durand. Déjà liée par une convention avec l'institution intercommunale depuis sa création, gageons que les négociations devraient être - rapidement - suivies d'effets. En attendant, au 28 rue de Bel Air, on ouvre aujourd'hui ses nouvelles portes à partir de 9 h, jusqu'à 17 h 30.

Jérome Heurtebize

Horaires et jours d'ouvertures au 02 40 65 89 09 ou 06 71 65 87 20.

Le chiffre de vente en augmentation de plus de 16 % entre 2007 et 2008

Article paru dans Ouest-France le jeudi 25-04-2013

L'atelier du Retz-Emploi ne cesse de se développer - Sainte-Pazanne

Une partie de l'équipe devant le futur bâtiment de Sainte Pazanne

Devant leur futur atelier, les 11 salariés du Retz-Emploi autour de leur directeur Gildas Houssais (au centre) et du président de l'association, Florian de Craieye.

Situé dans la zone industrielle des Berthaudières, l'espace est prometteur. D'une superficie totale de 1 000 m 2 , le bâtiment comportera un atelier de valorisation des objets, une aire de stockage attenante, et un magasin de vente de 368 m2, soit plus du  double en taille de l'actuel. Une salle est réservée pour accueillir les groupes de visiteurs et les sensibiliser au réemploi des objets de la vie domestique.

Vu de l'extérieur, le bardage bois de l'édifice donne un aspect chaleureux et écologique à l'endroit. Un jardin pédagogique, avec récupération d'eau de pluie, compostage, jardinage écologique et, pourquoi pas,  génération d'énergie renouvelable, pourrait compléter harmonieusement le site. Épicentre de la ressourcerie, « la boutique sera aménagée et organisée de manière originale, osons dire : un peu décalée, à l'image de notre activité. Nous voulons valoriser ce lieu », confie Gildas Houssais le directeur de l'atelier.

Le nouveau site du Retz-Emploi devrait ouvrir au public en novembre prochain. Associative, la structure emploie aujourd'hui 11 salariés dont 10 temps pleins. « On devrait passer à 14 rapidement ». Le service valorise par an environ 200 tonnes d'objets détournés des déchetteries. Ces objets connaissent une seconde vie grâce à l'atelier.

L'association compte actuellement deux boutiques, une à Sainte-Pazanne et l'autre au Pellerin. Elle en ouvrira une autre le 1 er juin, dans la zone de la Guerche à Saint-Brévin, et sans doute encore une autre en juillet, au Breil-Malville.

Article paru dans Ouest-France le jeudi 10 janvier 2013

Composteur collectif

Samedi, l'Atelier du Retz'Emploi a inauguré le composteur collectif, en collaboration avec l'association Compostri, désormais installé dans la cour à l'arrière des locaux de la Ressourcerie, rue du Docteur-Sourdille au Pellerin.

D'une contenance de 1 500 litres, il permettra de traiter une tonne et demie de déchets organiques par an, épluchures de légumes, restes de repas et autres détritus biodégradables déposés par les habitants du quartier ou des immeubles du Chêne-Vert. Les apports doivent se faire aux heures d'ouverture de la Ressourcerie, mercredi et samedi, de 9 h à 12 h 30.

Mais le président de l'Atelier, Florian de Craieye, et son directeur adjoint, Sylvain Gelly, sont en discussion avec le Bouq Café pour élargir ces horaires à ceux de la librairie associative. Le composteur est en effet accessible par la cour donnant sur la rue du Champ-d'Armée, à l'arrière des bâtiments, que partagent les deux associations.

Chantal Métayer et Pascal Retière, présidente et directeur de Compostri, ont expliqué le fonctionnement du système - bac de trempage du broyat, de maturation, d'affinement - et se sont félicités de voir ainsi créer un nouveau site de compostage collectif, venant s'ajouter à la soixantaine déjà installée dans l'agglomération avec le soutien de Nantes-Métropole.

Reste aux usagers à s'emparer de cet outil, simple et utile au développement durable en milieu urbain.