Aller au menu de navigation Aller au contenu Aller au plan du site Aller a la recherche Retour accueil Retourner en haut de page Page accessibilité Page contact

Extrait d'un article du Courrier du Pays de Retz du 28/11/2014

 Noël à l'atelier

  • • La ressourcerie :C’est une idée qui séduit de plus en plus.

D’un côté des personnes à la recherche d’un meuble, déco, vêtement, accessoire qui fait plaisir et de l’autre des étals qui concentrent tout un panel d’objets d’occasion qui n’ont pas dit leur dernier mot. Et ce à des tarifs attractifs. Les jouets en cette période de l’année sont bien entendu prisés. Sachant que ces derniers changent vite de main, les ressourceries peuvent proposer à la vente des jouets qui n’ont que très peu servi. Encore faut-il prendre le temps de faire le tour de ces boutiques. Il en existe trois dans le Pays de Retz sous l’égide de l’association du Retz emploi, à Sainte-Pazanne, au Pellerin et à Saint-Brevin.

Article paru dans Ouest France le 11 octobre 2014

Ecologique et économique,le recyclage est dans l'air du temps.

Pour sa troisième édition, l'événement rassemble 40 exposants et huit acteurs majeurs du réemploi et du recyclage.

Si objets et vêtements bénéficient de plus en plus d'une seconde vie, ils devraient pouvoir facilement trouver de nouveaux acquéreurs, dimanche prochain. Car, aux Écossolies, se prépare une braderie géante. « Les deux premières éditions ont rassemblé près de 8 000 visiteurs. Pour cette troisième édition, nous avons voulu élargir encore l'événement », annonce Raphaëlle Gouédard, des Écossolies.

Les visiteurs vont retrouver une quarantaine de créateurs, tous champions du recyclage artistique. Lesquels vont proposer leurs pièces uniques. Seulement cette année, la surface de stands à arpenter va être tout autre. « Nous avons invité tous les acteurs majeurs du réemploi du département. »

Venus des Ecocycleries de Pannecé, de la recyclette de Couëron, ou de celle de Savenay, les camions vont apporter leurs lots de matériel. Vêtements et chaussures au kilo, vélos, mobilier, petit électroménager ou ordinateurs, vont être répartis à travers 2 000 m2. Il faudra aussi compter avec des invendus et des fins de série de produits neufs.

Effet de mode, prise de conscience écologique ou conséquences de la crise? Le recyclage rentre, peu à peu, dans l'air du temps. Cette braderie permet aux acteurs de l'économie solidaire de développer leur activité économique. « Mais, hors l'aspect commercial, c'est aussi un moyen de poursuivre notre travail de sensibilisation auprès du grand public. Acheter des produits de seconde main, c'est aussi consommer autrement », rappelle Raphaëlle Gouédard. Sur place, les visiteurs se verront incités à faciliter la collecte. « Ils pourront s'informer sur les lieux où l'on peut déposer les objets dont on ne se sert plus. » En ce sens-là aussi, le client peut devenir acteur. Il participe lui-même à limiter le gaspillage des ressources et l'impact environnemental. Enfin, petit détail, mais bien encourageant: quelle que soit la météo, les 2 000 m2 sont à l'abri. Animations et restauration sont prévues.

Dimanche 19 octobre, braderie des Écossolies, de 9 h à 18 h au Solilab, 8, rue Saint-Domingue, à Nantes.

 Article paru dans Ouest-France le 7 mai 2014

Belle croiossance de l'atelier.

Récemment installée dans des locaux neufs, fonctionnels et spacieux, sur la zone des Berthaudières, la Ressourcerie n'en finit pas de se développer. L'atelier du Retz-emploi, c'est aujourd'hui « davantage de ventes et d'objets collectés, plus de boutiques, plus d'employés, un chiffre d'affaire croissant... », confie le directeur, Gildas Houssais. La fréquentation du public et les ventes sont en hausse. « Il faut dire que nous sommes passés ici de 150 m2 à 400 m2. Le bilan est super-positif. »

L'association emploie aujourd'hui 21 personnes, « une 22e est envisagée ». Elle prévoit un chiffre d'affaires de 374 000 € cette année, contre 203 000 € l'an passé. « Cette structure connaît un développement qu'on n'aurait pas soupçonné. C'est réconfortant d'avoir réussi à aider cette association sur notre territoire », soulignait le maire et président de l'intercommunalité, Bernard Morilleau, lors de l'assemblée générale de l'association, samedi dernier.

Rappelons que le Retz-emploi loue ses nouveaux locaux à la communauté de communes Coeur Pays de Retz. L'association, qui crée du lien social, de l'emploi et préserve l'environnement, compte une cinquantaine d'adhérents.

L'atelier du Retz-emploi est ouvert à la vente les mercredis et samedis de 10 h à 18 h.

Article paru dans le Ouest France du samedi 27 Septembre

La Ressourcerie du Breil sensibilise le public à la protection de l'environnement et au développement durable. (Maxime Brégeon au centre).

La Ressourcerie du Breil sensibilise le public à la protection de l'environnement et au développement durable. (Maxime Brégeon au centre).

Début septembre, cela fait un an que la Ressourcerie du Breil, une des boutiques de l'Atelier Retz Emploi, a ouvert ses portes au 78, rue des Plantes. Initialement ouverte de 10 h à 18 h le mercredi, les horaires se sont étendus au samedi ce printemps et un salarié est venu seconder Maxime Bregeon, son responsable au Breil.

Le principe des boutiques, qui emploient dans le département une vingtaine de personnes, est de collecter et revendre à petit prix, en contribuant au développement local et en sensibilisant le public à la protection de l'environnement et au développement durable. Des équipes assurent des permanences deux fois par semaine, dans les déchetteries de Tougas et de Saint-Sébastien. Dans leur camion, elles récupèrent ce qui peut l'être.

Ensuite vient le tri. « Nous avons récupéré une cafetière expresso de marque avec les dosettes. Une autre fois, 50 rouleaux de tapisserie ! » L'association commence à être connue et les Nantais viennent déposer des objets en bon état. « Nous collectons aussi à domicile. Il nous arrive de vider des maisons suite à des décès. » Il faut apprendre à trier, valoriser et recycler. Des formations sont dispensées. La prochaine portera sur les principes fondamentaux de l'ébénisterie. « Cela nous servira à reconnaître les styles, les bois, à valoriser le mobilier et à mieux orienter les clients. »

Au local du Breil, on y trouve de l'habillement, des chaussures, de la vaisselle, des jouets, quelques appareils électriques, des livres, des CD. « On accueille 70 personnes en moyenne chaque mercredi et samedi. » Les habitants viennent déposer des objets, jeter un oeil en boutique, parfois juste prendre un thé ou un café et discuter un peu. « En plus de revaloriser les déchets, de sensibiliser à la consommation responsable, nous voulons attirer d'autres publics. Nous avons pensé à des ateliers en partenariat avec des associations du quartier ». Le premier atelier se déroulera le 1er octobre avec Ping (lire ci-dessous).

Boutique du Breil, ouverte le mercredi et le samedi, de 10 h à 18 h. 78, rue des Plantes (côté cour), 44100 Nantes, 07 81 63 00 48, www.atelierduretzemploi.org

Article paru le 24 avril 2014 dans Ouest France

Timoté et Tania devant la boutique du Pellerin

Après les boutiques déjà installées à Sainte-Pazanne, Le Pellerin et Saint-Brévin, l'atelier du Retz emploi vient d'ouvrir sur l'Île de Nantes une quatrième ressourcerie.

L'atelier tiendra son assemblée générale annuelle vendredi, au siège de l'association qui emploie plus de vingt salariés à temps complet, 7, impasse du Clos-Neuf, ZA les Berthaudières, à Sainte-Pazanne.

Outre les salariés, plusieurs bénévoles viennent prêter main-forte à l'animation de ces ressourceries. Au-delà de la réception, de la valorisation et de la revente à bas prix d'objets plus ou moins usagés, ce sont autant de lieux d'information du public sur le sujet des déchets, de leur traitement intelligent, de l'écocitoyenneté, de la notion de développement durable et de l'économie sociale et solidaire.

Au Pellerin, il n'est pas rare de rencontrer Maryvonne Durand venue seconder les Jean, Katell, Yvonnick et autres salariés de permanence le mercredi, de 10 h à 18 h, ou le samedi, de 10 h à 13 h, à la Ressourcerie sise au 18, rue du Docteur-Gilbert-Sourdille, tél. 06 77 63 83 04.

Mais le directeur de l'atelier, Gildas Houssais, et l'actuelle présidente de l'association, Viviane Bodin-Rocher, se demandent pourquoi, un Pellerinais ou une Pellerinaise ne viendrait pas rejoindre les sept membres de son conseil d'administration.

Vendredi 25 avril, à 17 h 30, assemblée générale, 7, impasse du Clos-Neuf, ZA les Berthaudières, à Sainte-Pazanne. Tél. 02 40 65 89 09.

Article paru dans le Courrier du Pays de Retz du vendredi 22 août 2014

Intérieur de la boutique du Pellerin

Article paru dans Ouest-France le samedi 21-04-2012
Retz'Emploi ouvre des permanences à la déchetterie de Saint-Jean-de-Boiseau

Alain Riffaud, valoriste devant la déchetterie de Saint Jean de Boiseau
L'Atelier du Retz'emploi tient régulièrement boutique au Pellerin et à Sainte-Pazanne. Un service supplémentaire est désormais ouvert à Saint-Jean sur le site de la déchetterie.
Le camion qui peut accueillir objets variés, livres, vaisselle, jouets, meubles ou bibelots (le tout en bon état) tient désormais deux permanences chaque mardi et mercredi, entre 13 h et 18 h.
Le camion se tient un peu en dehors de la déchetterie elle-même, au pied de la rampe d'accès. On peut apporter sur place ce dont on souhaite se débarrasser sans « jeter gras ».
Une fois triés, les objets ainsi recueillis rejoindront les boutiques ouvertes au Pellerin le mercredi de 9 h à 12 h et le samedi (jour de marché) entre 9 h et 12 h 30.
Inscrits dans une chaîne de solidarité et de développement durable, les sept salariés de l'Atelier du Retz'emploi et la vingtaine de bénévoles (que l'on peut rejoindre sans obligatoirement adhérer) peuvent aussi s'occuper de récupérer les encombrants directement à domicile.
Les clients potentiels, chineurs, brocanteurs ou collectionneurs peuvent acquérir à petit prix les nombreux objets triés et revalorisés et faire vivre ainsi la solidarité.
Côté déchèterie (ouverte tous les jours, sauf jours fériés, entre 10 h et 18 h), une nouveauté est à signaler car un conteneur pour recueillir les sacs de vêtements et de chaussures est à la disposition du public.

Article paru dans Ouest France entreprise le 30 mai 2014

Nantes. Au comptoir, l'économie solidaire écrase les prix.
Aux Écossolies, l'atelier du Retz emploi partage 500 m2 avec le Relais Atlantique, une grande vitrine de l'économie solidaire. Le comptoir du Solilab est accessible à toutes les bourses. 

Le comptoir du SolilabEn ces temps de crise où donner une seconde vie aux habits et objets a bonne presse, les ressourceries fonctionnent bien. C'est ce que confirme l'atelier du Retz emploi, qui vient d'ouvrir son cinquième site. Implanté en 2006 à Sainte-Pazanne, en 2009 au Pellerin, puis à Saint-Brevin et dans le quartier du Breil en 2013, c'est maintenant au coeur des Écossolies que vient d'ouvrir le comptoir du Solilab. « Pour nous, c'est un lieu idéal et symbolique. Nous sommes un exemple type de ce qui peut se faire en terme d'économie sociale et solidaire », indique Sylvain Gelly, le directeur adjoint.


De fait, le comptoir du Solilab, ouvert depuis plus de huit mois, avait besoin d'autre chose que d'une pépinière d'entreprise et de location de bureaux. Un appel d'offres avait été lancé auprès de structures qui travaillent autour du recyclage. « Désormais nous nous partageons les 500 m2 du grand hall avec l'association du Relais atlantique. Avec cette grande boutique partagée, nous sommes une vitrine de l'économie sociale et solidaire. »
Vaisselle, bricolage, objets insolites

Le Relais Atlantique est une monofilière qui est axée uniquement sur le textile. La structure est connue par ses boutiques ding-fring. « Dans les boutiques, les habits sont vendus à la pièce. Ici, ce sera au kilo. » Quant au comptoir du Solilbab tenu par le Retz emploi, on y trouve vaisselle, matériel de bricolage et outillage, produits culturels et objets insolites. « Nous ne proposons que des produits en bon état. Notre travail consiste à les collecter et les revaloriser. » Les employés reconstituent des séries de vaisselle, retrouvent des éléments manquants en électroménager... « Ici, le Relais emploie trois salariés, et nous trois également. »
Nouveautés tous les jours

Le lieu est ouvert de 10 h à 18 h, du mardi au samedi. « Nous comptons organiser des expositions de créateurs en dépôt-vente, promouvoir le commerce équitable, les produits bio. Bref, toutes les initiatives qui vont dans le sens de l'économie solidaire. » Le lieu excentré des Écossolies ne fait-il pas douter de la venue des clients ? « Les ressourceries intéressent et touchent tous les milieux sociaux. Ici, c'est un endroit qui est en pleine phase de dynamisation. Déjà, près de 300 salariés travaillent sur le site, en comptant le karting. Il y a le Hangar à bananes à côté et c'est desservi par le chronobus. » Les professionnels du recyclage précisent qu'ils n'ont pas de problèmes d'approvisionnement, et qu'il y aura de la nouveauté tous les jours.

Le comptoir du Solilab, 8, rue Saint Domingue, Ile de Nantes, ouvert du mardi au samedi, de 10 h à 18 h.

Article paru dans Pays de Retz infos, le 28 décembre 2007

2007-12-28-ouverture-Atelier-du-Retz-Emploi


Sainte-Pazanne. - L’Atelier du Retz Emploi
Une boutique solidaire ouverte à Sainte Pazanne depuis un an, une approche humaine ancrée dans la réalité économique…
Une dimension environnementale, pour un développement de la région du Pays de Retz.
Atelier, entreprise d’insertion, éducation à l’écocitoyenneté, protection de l’environnement, préservation des ressources naturelles. 
Si vous souhaitez jeter des objets, vaisselles, ordinateurs, outillages, mobilier, puériculture, disques, livres, Hi-Fi, électroménager, jouets, vêtements…

Dépôts volontaires MMJV et samedi.
Collecte à domicile et débarras de maison sur rendez-vous 02 40 65 89 09 ou 06 71 65 87 20 
Ouverture de la boutique le mercredi 13 h 30 à 17 h. Le samedi 9 h à 12 h 30.
Exceptionnelle vente de brocante toute la journée du samedi 5 janvier de 9 h à 17 h.
J. M. H., Rouans 

Article paru le 26 mai 2014 en première page du 20minutes à Nantes.

Le comptoir du Solilab

Consommation : Le Comptoir, magasin consacré au réemploi d'objets du quotidien, vient d'ouvrir.

Dans les rayons, des assiettes en porcelaine, des petits tabourets, mais aussi un masque à gaz ou une peau de renard… Dans ce fouillis organisé, ces objets ont cependant un point commun : destinés au départ à être jetés, ils sont pourtant en bon état et recherchent tous, aujourd'hui, de nouveaux propriétaires. Ce principe, appelé «récup» ou «réemploi», est à l'origine du Comptoir. Sur 500 m2, cette nouvelle boutique vient d'ouvrir ses portes au sein du Solilab, sur l'île de Nantes. Si le principe, dans l'air du temps, existait déjà avec Emmaüs ou les ressourceries, le Comptoir s'est donné comme mission de convertir une plus large part de la population à l'achat d'occasion. «Il y a quelques années, les gens pouvaient être un peu gênés mais avec la crise, ils commencent à s'y mettre, explique Sylvain de l'atelier du Retz emploi, une ressourcerie à l'origine du Comptoir. La récup ce n'est pas dévalorisant, au contraire. C'est une démarche citoyenne et écologique. »

Près d'une tonne par jour

Car, chaque matin, près d'une tonne de marchandise est récupérée aux déchetteries de Saint-Herblain et Saint-Sébastien. S'en suit un important travail de tri et de nettoyage, avant de mettre les objets en rayon. «Nous ne vendons que ce qui est en bon état. Même si c'est de la deuxième main, l'on se doit de proposer des produits de qualité», estime Sylvain. Avec des horaires dignes d'un magasin traditionnel (ouverture du mardi au samedi de 10 h à 18 h), l'espace propose pour quelques euros, des objets du quotidien mais aussi des vêtements au kilo grâce au Relais, qui possède le réseau de friperies Ding Fring. De quoi ravir Christelle, qui déambule dans les allées, un tas de pantalons sous le bras. «Je ne m'habille qu'avec des pièces de seconde main, sourit-elle. Pour les meubles aussi : j'aime le fait qu'ils aient du vécu.» Pour Annie, couturière, le réemploi est aussi source d'inspiration : «J'achète un vêtement d'occasion et j'en crée un autre. C'est à chaque fois un vrai défi !» 
Julie Urbach

On parle de nous